A la veille de nouvelles vacances scolaires, tentons une expérience …

est-on encore capables de musarder, traîner, s’attarder, observer, s’émerveiller, lézarder, sans ces fichus smartphones à la main?

A quoi cela sert-il de regarder son portable, se dire que l’hôtel des amis, posté sur Instagram, semble mieux que la maison louée dans la campagne du Lubéron et se sentir un peu mal, après?

A quoi bon lire ses 25 messages accumulés sur WhatsApp, puis faire un saut dans la piscine et regarder en revenant son portable pour se dire que Mykonos semble bien attrayant vu sur Facebook? Et se sentir encore un peu plus mal?

Réapprendre à vivre pleinement le moment présent demande une prise de conscience et un effort mais “le jeu en vaut la chandelle”.

Voyager dans notre tête, en permanence, avec nos téléphones et en oublier d’occuper vraiment nos corps devient le lot de trop d’entre nous et pour quel avantage personnel?

Au Printemps comme en été, ce syndrome est décuplé par l’étalage de photos “glamour” affichées sur les réseaux sociaux. Le quotidien, que les vacances rompaient autrefois, ne l’est plus désormais.

Et si on coupait le cordon afin de se recentrer sur soi et ses proches?

Il s’agit bien d’un sevrage pour les plus connectés mais il est salutaire. Il est question de laisser le vide s’installer pour profiter pleinement de la beauté d’un paysage, de caresser l’ennui et ne pas le craindre car il rend créatif, de faire de nouvelles vraies rencontres, de parler aux autres réellement et de prendre le temps de les écouter.

Se reconnecter, oui, mais à la vie !!!

Il sera bien temps de rallumer son ordinateur ou son smartphone, plus tard, très tard et tiens, pourquoi pas, à son retour de congés seulement?

Qu’est ce que cela peut coûter de tenter le coup?

Bonnes vacances à celles et ceux qui en prennent et, pour les autres, une digital détox ne saurait nuire non plus car ça peut aussi “faire des vacances”.